« Comme une morue des îles Lofoten mise à sécher dans le vent du nord » : la traduction de la comparaison similative en rapport avec la nature dans un roman norvégien pour la jeunesse

Charlotte Lindgren, Marcus Axelsson

Abstract


Cet article adopte une approche plurielle pour étudier la traduction en suédois et en français du roman jeunesse norvégien Keeperen og havet (2017) de Maria Parr, et plus particulièrement la traduction des comparaisons similatives en rapport avec la nature. La perspective traductologique est donc ici complétée par une perspective écocritique, et le « NatCul Matrix » de Goga et al. (2018) est employé comme outil d’analyse. La nature joue une place importante dans l’œuvre de Maria Parr et il est ainsi intéressant de voir que plusieurs de ces comparaisons similatives sont utilisées, en norvégien et en suédois introduites par « som », et en français dans la majorité des cas par « comme ». Dans certains cas, la traductrice vers le français en a même aussi ajouté. Dans les deux cas (comparaisons similatives traduites ou ajoutées) c’est majoritairement le monde animal qui est utilisé comme standard. Cet article montre aussi clairement des versions cibles aussi écocentriques que la version originale, mis à part quelques cas intéressants de traductions non littérales.


Keywords


Maria Parr; traduction; écocritique; comparaison simulative

Full Text: PDF

Moderna språk - Romanska och klassiska institutionen - Stockholms universitet - SE-106 91 STOCKHOLM
ISSN: 2000-3560