Mécanismes référentiels dans les arrêts de la Cour de Cassation française

Marta Sobieszewska

Abstract


Dans cette contribution, nous voulons proposer une analyse exploratoire qui permettra de découvrir des mécanismes référentiels relevés dans les arrêts de la Cour de Cassation. Plus exactement, nous nous proposons ici d’étudier comment la Haute juridiction de l’ordre judiciaire français dispose le texte, manie l’anaphore et opère des désignations et des référenciations, dans le but de faciliter la compréhension du texte, d’éviter toute ambiguïté (source possible de flagrantes erreurs d’interprétation), et de rendre le discours clair, cohérent et concis. L’analyse des formes anaphoriques démonstratives spécialisées dans le contrôle des risques d’ambiguïté (Charolles : 1995), telles que ledit, susdit, celui-ci, ce dernier... etc. et des pronoms relatifs (lequel), nous permettra de montrer la gestion des risques d’ambiguïté référentielle dans les arrêts.

This contribution has taken up the results of an analysis centered on a particular type of legal discourse, a type that tradition raises as a paragon of clarity and precision, and which is expressed in the judgments of the French Court of Cassation. Our objective was to describe the specificity of referential processes and referential interpretation treatment in the texts of the judgments, putting into play the particular context of enunciation and legal knowledge. The analysis of the demonstrative anaphoric forms specialized in the control of the risks of ambiguity (Charolles: 1995), such as ledit, susdit, celui-ci, ce dernier, etc., used to identify the "true" referent among several potential candidates, allowed us to show how the Court controls and manages the potential risks of referential confusion.


Keywords


linguistique juridique, arrêts, anaphoriques démonstratives, ambiguïté

Full Text: PDF

Moderna språk - Institutionen för moderna språk - Box 636 - SE-751 26 UPPSALA
ISSN: 2000-3560