De l’acte d’accusation dans les débats politiques Étude comparative France (2017) vs Suède (2018)

Malin Roitman, Françoise Sullet-Nylander

Abstract


Cet article s’inscrit dans une série d’études consacrées aux débats présidentiels de l’entre-deux-tours en France. Le débat politique étant l’événement discursif le plus emblématique des démocraties modernes, nous visons ici à comparer deux cultures politiques, celle de la France avec celle de la Suède, à travers une analyse des confrontations à la veille des élections nationales des deux pays : Marine Le Pen et Emmanuel Macron en 2017 et Ulf Kristersson et Stefan Löfven en 2018.

En raison des différences entre les systèmes politiques, les mentalités et les traditions socio-culturelles des deux pays, les modes discursifs des débats diffèrent de manière sensible ; on peut cependant affirmer que, dans chacun des débats, divers actes de langage sont mis en œuvre pour disqualifier l’adversaire, en particulier l’acte d’accusation.

L’étude vise à décrire à quel degré et de quelle manière les candidats s’accusent l’un l’autre. Certaines accusations portent sur la mauvaise conduite conversationnelle de l’adversaire, tandis que d’autres constituent de véritables « mises à mort symbolique » de sa personne (Kerbrat-Orecchioni 2017). En nous référant à ce que Goffman (1955) appelle « face threatening acts », utilisés pour attaquer l’image sociale de l’autre dans une interaction, nous nous intéressons aux images socio-culturelles menacées dans les débats politiques.

 


Keywords


acte d’accusation; « face threatening acts »; débats politiques français et suédois, images socio-culturelles; ethos

Full Text: PDF

Moderna språk - Institutionen för moderna språk - Box 636 - SE-751 26 UPPSALA
ISSN: 2000-3560